création de vidéos

identités visuelles

graphic design

travaux d'édition

direction artistique

vaxt

clyde hestanoff

Vaxt aka Clyde Hestanoff est un artiste français née en 1995 à Paris. Diplômée de l'atelier Penninghen à Paris. Il étudie ensuite au Chili et obtient en suivant un master à l’école Intuit Lab à Paris.

Vaxt est un artiste de son époque, résolument geek et touche à touche. Depuis l'enfance il manipule les ordinateurs, crée des programmes et connaît les membres de l'encodage. Expert de la typographie, il utilise le dessin, le vitrail, le tattoo, la vidéo, la mode, la création de site internet, les logiciels, etc.

Les mots tiennent une place importante à travers la création d'aphorismes. Il y a une nécessité d'écrire et de jouer avec des textes brefs au caractère expressif, des messages vrais et concis, et de les faire se fondre dans la matière et les formes.

Vaxt (qui signifie temps en azéri) est un avatar, un nom autre pour se dire. Il adopte les réseaux sociaux  comme une expérimentation d’espace et de territoire dans sa pratique artistique. Bien plus que de se jouer du genre et de l'identité ce nom autre est là comme pour réparer sa condition même.  

Car toute l'oeuvre de Vaxt porte en elle une fonction de réparation et de correction. Réparer le temps qui passe, la mort. Soigner les désillusions et les blessures. Remédier à la mélancolie et la tristesse.

Son oeuvre est comme un aveu de faiblesse et l'art se tient là, pour corriger cette cassure ou pour créer une jonction libératrice entre elle et le réel.

Julie Gil

Les oeuvres de Clyde Hestanoff

se caractérisent par un large arc de forme d'expression pour créer une œuvre fictionnelle, parfois biographique, souvent émotionnelle

et quelquefois participative.

Vaxt est un plasticien et directeur artistique, passionné par l’expression pure et sauvage du réel. De la violence du monde ressortent les couleurs primaires. D’un nuage de couleurs brutes s’expriment une sensualité des corps et des désirs.

Par le Vitrail, essence sacrée de l'art ecclésiastique au cours des siècles, qu'il transfigure en pulsions colorées, il définit le paradoxe entre la matière, noble, défiant les siècles du hauts des bâtisses ecclésiastiques et l'objet, le corps, denudé
et interdit, brisant ce dernier rempart lui résistant encore.

Chacun y est libre d'y voir ce qu'il veut,
mais vous y verrez surtout des évangiles apocryphes qui vous laisseront en émoi. Le désir, le plaisir, peut être même l'amour s'y confrontent, dont l'interprétation laisse libre cours à l'imaginaire.

En soi innocent, immobile et inerte, le verre provoquera pourtant des réactions physiologiques chez qui osera le contempler sous toutes ses formes.

Jeremy Rak